25 avril 2013

03 juin 2010

Le scandale du Musées des Confluences de Lyon

Pour les fans et lecteurs réguliers de Mondo Dingo, que je délaisse honteusement, voici mon dernier article sur Contrepoints, à propos du n-ième scandale budgétaire de notre pays : 85 millions pour rien.

28 avril 2010

Le nouveau modèle de développement économique, social, et écologique du Parti Socialiste

Le Parti Socialiste s’est lancé depuis quelques semaines dans un cycle d’ateliers (participatifs évidemment) et de conventions diverses, visant à établir une plate-forme programmatique nouvelle pour les prochaines échéances électorales, et plus précisément pour l’élection présidentielle de 2012.
C’est Martine Aubry elle-même qui a donné le coup d’envoi de cette nouvelle étape intellectuelle ambitieuse du Parti Socialiste, lors de ses voeux du 12 janvier dernier : « Nouveau modèle de développement économique social et écologique, chaque mot compte à mes yeux ! Nouveau, car personne ne se satisfera, ni dedans ni dehors, d’une pensée réchauffée. Modèle, parce qu’un catalogue de mesures techniques, aussi solides fussent-elles, ne saurait inscrire dans les faits l’offensive de civilisation que nous appelons de nos vœux. Développement parce qu’il s’agit encore et toujours de progrès humain. Economique, parce que sans économie réelle et sans une production adaptée aux besoins, pas d’amélioration pour les hommes. Social et écologique, car tel est l’horizon que nous assignons, nous socialistes français, à la social-démocratie du 21ème siècle : capital, travail, nature, les compromis qui fondent le contrat social doivent désormais faire la synthèse de ces trois facteurs. »
Le 19 avril dernier, un document de synthèse de 23 pages a été soumis au Comité de Pilotage de la Convention, reprenant les conclusions des 13 ateliers de travail qui ont eu lieu sur le propre réseau social du PS, la Coopol, et dans plusieurs villes de France.
Ce travail extrêmement ambitieux, visant comme son nom l’indique rien de moins que de refonder le modèle de développement de la société française et, nous le verrons, la société européenne, est soumis aujourd’hui même, 27 avril 2010, au Comité National du Parti Socialiste. Les premières informations qui nous parviennent semblent indiquer que déjà, le document de synthèse dont nous parlons ci-dessus a été modifié, amendé, dans le cadre de tractations entre courants du Parti. De plus, personne n’est encore sûr que le vainqueur des primaires de 2011 reprendra tout ou partie de cette plate-forme programmatique.
Toutefois, il nous a paru intéressant de commenter cette version préparatoire, puisqu’elle est issue de la base du Parti Socialiste, afin d’en analyser les premiers éléments, et les diverses modifications que les apparatchiks et autres éléphants auront apportées.
Une lecture approfondie de ce document nous permet d’affirmer que les idées contenues dedans se répartissent en quatre catégories, et nous n’allons n’analyser que celles-ci [1] : les pétitions de principes, les réformes qui existent déjà, les mensonges et omissions, et enfin le stupéfiant programme commun de l’UMP et du PS.

[Lire la suite]

24 mars 2010

La poésie contre l'obscurantisme

L'Autorité pour la Culture et l'Héritage d'Abu Dhabi organise depuis 2006 un concours de poésie traditionnelle en arabe, intitulé Un Million de Poètes, diffusé à la télévision et suivi en moyenne par plusieurs dizaines de millions de personnes. Cette année parmi les finalistes se trouve une saoudienne, Hissa Hillal, ce qui est en soi un petit évènement compte tenu du régime d'apartheid dans lequel vivent les femmes de la péninsule arabique. Sa performance s'est faite, bien entendue, vêtue du niqab.
Mais c'est surtout le sujet de ses poèmes qui a fait le véritable effet d'une bombe : Hissa Hilal s'attaque ni plus ni moins au clergé wahhabite du Royaume d'Arabie Saoudite, et notamment aux innombrables fatwas épouvantables que celui-ci énonce, jour après jour, depuis des décennies.
Hissa Hilal accuse ce clergé d'avoir pris en otage l'islam et la culture arabo-musulmane, et les accuse d'effrayer les fidèles avec leurs prêches et fatwas violents et haineux. Il est également étonnant que sur les six finalistes, un autre compétiteur présentera un poème sur le thème du terrorisme, et l'autre finaliste féminine, Jaza Al Baqmi, parlera de la condition de la femme.

Cet évènement, certes anecdotique, ne doit tout de même pas être minimisé tant la poésie traditionnelle arabe et populaire dans ces pays, devenant dont un puissant vecteur pour faire passer des idées. De plus, il s'inscrit dans ce qu'on pourrait espérer être une lame de fond dans les pays de la péninsule arabique, ou plusieurs évènements récents montrent que les voix s'élèvent pour réclamer la liberté, la fin de la main-mise de l'extrémisme wahhabite sur ces pays et sur les consciences. Par exemple une récente étude, approfondie, du système d'éducation nationale saoudien a révélé que non seulement il enseignait la haine contre les Chrétiens et les Juifs, mais qu'il semait «de la haine entre les Musulmans». Prenant tout cela en compte, les dirigeants du royaume ont engagé une vague de réformes, lentes mais tangibles, qui continue aujourd'hui - une action menée par le roi lui-même.

Ce n'est pas la poésie qui va réveiller le monde arabe, mais elle y contribuera sûrement.

04 mars 2010

Peut-être la prochaine polémique en France....

....et ce sera à cause d'une pièce de 2 euros, espagnole. Elle représente en effet une vue de la cathédrale de Cordoue, qui se trouve avoir été une mosquée.
Et c'est vrai que ça fait vachement "mosquée". Allez, qui prend les paris? Moi, je crois que ça va sortir en France...

22 février 2010

David Cameron: The next age of government

Voici une petite conférence TED de 14 minutes de David Cameron, sur le thème de la prochaine ère de la politique qui s'ouvre.

Pour ceux qui veulent la regarder, voir ci-dessous, et pour ceux qui n'auront pas le temps vous trouverez sous la vidéo un résumé que j'ai essayé de faire aussi exhaustif et concis que possible, mais qui malheureusement est moins percutante que la brillante prestation de David Cameron.


La manière d'évaluer les politiques publiques est actuellement basée sur la taille du budget : plus un budget est élevé, et plus les politiques expliquent aux citoyens sont les bonnes, les plus efficaces, etc. C'est la fameuse antienne de "plus de moyens" qu'on entend à longueur de journée. Au passage, on rétorquera certainement que l'Etat français n'est plus dans ce cas depuis que Sarkozy a lancé les Révisions Générales des Politiques Publiques, mais c'est doublement faux : ce n'est pas Sarkozy qui les a créées, et ses objectifs, timides, ne prennent pas en compte suffisamment d'indicateurs de performance du service rendu aux citoyens.

A ce propos, David Cameron explique que la nouvelle ère qui s'ouvre va obliger les Etats à changer de logique, puisque de toute façon there is no money anymore : les dettes des Etats sont désormais à un niveau très élevé, les deficits budgétaires aussi, donc nécessairement toute augmentation de quelque budget que ce soit est une décision de gestion extrêmement périlleuse pour ne pas dire plus.

David Cameron estime que nous sommes entrés dans l'ère post-bureaucratique, et que la première ére pré-bureaucratique (contrôle local des affaires publiques) et l'ère bureaucratique (celle de l'ère industriel, au contrôle centralisé) sont révolues. Cette nouvelle ère, celle de la révolution de l'information, sera celle qui rendra possible la réattribution du pouvoir aux citoyens.

Les valeurs du Parti Conservateur de David Cameron lui semblent aptes à relever ce défi consistant à renverser la perception de l'intérêt des actions de l'Etat, en mesurant le bien-être, la socialisation, la réussite, etc. des citoyens. Ces valeurs sont : rendre le pouvoir pouvoir au peuple, s'appuyer sur la compréhension du comportement des citoyens.

Rendre le pouvoir au citoyen passe deux défis :
une transparence totale, à l'euro ou à la livre près, de toutes les dépenses de l'Etat : c'est désormais possible de le faire, et un Etat américain l'a même fait dans le cadre d'un portail internet. Ainsi, il sera possible pour les citoyens de vérifier l'efficacité de l'Etat, en examinant dépenses, contrats, mise en oeuvre, etc. et également de choisir son prestataire public de manière éclairée pour telle ou telle opération médicale par exemple.
une responsabilisation accrue des services de l'Etat; David Cameron prend l'exemple de la ville de Chicago, qui publie sur une carte les crimes et délits commis dans la ville, qui permet de mesurer l'efficacité de la police

La compréhension du comportement humain a considérablement progressé ces dernières décennies sans que les pouvoirs publics en tiennent compte, ceux-ci accusent donc un certain retard en la matière. L'exemple pris est celui des politiques encourageant l'efficacité énergétique, sujet sur lequel pratiquement tout le monde est d'accord sur le constat (pollution, coûts, etc.). A l'heure actuelle, seules existent des communications des services de l'Etat expliquant qu'il faut éteindre la lumière en sortant d'une pièce, chauffer à tant de degrés maximum, etc.
David Cameron propose tout simplement d'envoyer chaque année à chaque anglais un bilan de ce qu'il a consommé, mais surtout d'ajouter une comparaison avec celle de ses voisins.

Au final, la vidéo vaut le coup d'être vue, et permet de voir le gouffre qui sépare quelqu'un comme David Cameron des politiciens français lambda.

21 février 2010

L'Etat fédéral américain empoisonnait l'alcool durant la prohibition


Via Marginal Revolution, une étude de Deborah Blum sur les actions prises par l'Etat américain fasse à la recrudescence de la consommation d'alcool durant la prohibition : tout simplement empoisonner l'alcool pour effrayer les américains et les dissuader d'en boire. Des milliers d'américains seraient morts, victimes de cette épouvantable politique de l'Etat fédéral américain.

C'est une sorte d'affaire du sang contaminé puissance mille, démontrant une nouvelle fois l'importance pour les citoyens d'exercer une extrême vigilance sur les actions des Etats.

19 février 2010

Polémique du Quick halal : et la vérité finit par éclater.....

Les affaires Quick, illustration de l'état du débat public en France

L'affaire des Quick halal comme on l'appelle désormais, aussi dérisoire soit-elle, aura au moins eu le mérite de mettre en perspective l'état du débat public en France.

En effet, une information concernant l'entreprise Quick est totalement passée inaperçue. Il s'agit de l'affaire de la vente de cette société à CDCCI (filiale de la Caisse des Dépôts) par la GIB, entreprise d'Albert Frère. Un homme d'affaire belge a porté plainte en France et en Belgique en affirmant que Quick avait été surpayé par la Caisse des Dépôts au bénéfice d'Albert Frère, par ailleurs proche du Président de la République Française.Il est à noter qu'en Belgique, le Procureur du roi qui suit cette affaire a ordonné au juge d'instruction de poursuivre son enquête il y a un mois, alors qu'en France la plainte a été classée sans suite très rapidement.
Sur ce sujet, avec les mots clés "Quick Albert Frère", Google actualités retourne 19 résultats, sachant que cette affaire a débuté il y a plus de deux ans. Cela peut paraître surprenant pour un sujet qui concerne plusieurs dizaines voire centaines de millions d'euros que la CDC aurait, délibérément ou pas, perdus, sur fond de soupçon de favoritisme.

Et surtout, c'est d'autant plus surprenant qu'un autre sujet a récemment mis Quick sous les projecteurs du media system, c'est bien évidemment l'affaire des Quick halal. Ainsi donc, la décision (prise en juillet) de Quick d'expérimenter la mise à disposition dans 8 de ses 250 restaurants de viande halal a déclenché en moins de 24 heures une polémique inouïe étant donné le caractère dérisoire de cette nouvelle. Google Actualités par exemple renvoit 534 résultats alors que la polémique date de moins d'une semaine, soit 25 fois plus, déjà, que l'affaire Quick-Albert Frère.
Dans cette polémique, on trouve pêle-même quelques faits exposant le ridicule de certains hommes politiques : le maire de Roubaix dépose plainte auprès du tribunal contre Quick sur le motif farfelu de discrimination. Un ministre UMP et le secrétaire général de ce parti qui s'exprime sur ce sujet insignifiant se déclarent "gênés" ou "troublés", comme si d'autres sujets comme la dette publique ou la réforme des retraites ne méritait pas qu'on s'y penche plus. Marine Le Pen n'est pas en reste, elle saute bien évidemment sur l'occasion pour dénoncer la mise en place d'un impôt islamique par l'Etat; pour ceux qui n'ont pas suivi, le "raisonnement" de Le Pen est le suivant : Quick est détenu par la CDC, la CDC c'est l'Etat donc Quick est une entreprise d'Etat. Or, pour faire certifier la viande halal, Quick rémunère des contrôleurs d'associations religieuses. Cette somme est curieusement considérée par Le Pen comme une taxe (et non pas une rémunération normale). Il s'agit donc d'une taxe religieuse.
C'est bien entendu une sottise, puisque en particulier, une taxe est prélevée par la contrainte, or ici aucune de ces associations ne semble avoir pris ce genre de mesures.

Résumons : quand notre société doit choisir ses débats, entre une affaire grave de prise d'intérêt sous influence politique probablement à un très haut niveau en France et une affaire concernant un changement de menu de fast food, elle privilégie la seconde sur la première.

Si on extrapole un peu, demain quand nous recevrons tous par courrier une notification expliquant que la Sécu ne rembourse plus qu'à 50% mais que par contre les cotisations augmentent, notre société s'interrogera sur la nature du papier utilisé pour la lettre : recyclé ou pas recyclé? Avec une belle polémique si il n'est pas recyclé.

Demain, on apprendra que l'Etat grec est en faillite, et se retire de tous les traités européens, provoquant un séisme monétaire, et nous nous interrogerons si cela aura une conséquence sur nos prochaines vacances d'été. Avec une belle polémique si les taxes d'aéroport ou le prix de la semaine au Club Med augmente.

Comme le dit très souvent H16, CPEF.


EDIT : j'ai oublié de signaler une évidence, qui m'a sauté aux yeux lorsque j'ai lu un commentaire chez l'Hérétique, je le cite.
Au sujet de la participation de l'Etat dans Quick, c'est peut-être ça le vrai scandale sur lequel on devrait s'interroger. L'Etat est surendetté et on apprend au passage qu'il possède une entreprise qui vend des hamburgers, ce qui est le rôle de l'Etat comme chacun sait.

16 février 2010

Typologie des terroristes islamistes

La question de savoir pourquoi une personne décide de réaliser des actions terroristes reste un grand mystère. La pauvreté, la religion, etc. et toutes les explications habituelles ne résistent pas longtemps à l'analyse. On peut tout de même, grâce à certains travaux sociologiques, relayés dans cet article de Slate, dégager un certain nombre d'invariants, de schémas, concernant la population des terroristes notamment musulmans :
Si le terrorisme était lié à la pauvreté et à l'inégalité, le monde serait rempli de terroristes brésiliens. Et si la démocratie était un antidote efficace, l'Inde, la plus grande démocratie du monde, devrait subir moins d'attentats que des dictatures comme la Chine ou la Lybie. Or, au contraire, les démocraties sont plus vulnérables aux attentats terroristes que les régimes autoritaires.[..]
La religion n'offre pas non plus d'explication satisfaisante. Jessica Stern, chercheuse à l'Université de Harvard, nous apprend que le gouvernement saoudien a interrogé des milliers de terroristes capturés pour connaître leurs motivations. Il s'avère que l'écrasante majorité d'entre eux n'avaient pas reçu une éducation religieuse très poussée et que leur compréhension de l'islam était très limitée.
[..]
C'est la surprenante conclusion d'un article récemment publié dans le European Journal of Sociology, intitulé: «Pourquoi il y a tant d'ingénieurs chez les islamistes radicaux». Diego Gambetta et Steffen Hertog soulignent que «chez les islamistes violents, les ingénieurs sont surreprésentés; ils sont entre trois et quatre fois plus nombreux que [les terroristes] ayant d'autres parcours.» Les auteurs ont étudié les antécédents de plus de 400 membres de groupes d'islamistes radicaux violents dans plus de trente pays du Proche-Orient et d'Afrique. Ils ont d'une part confirmé les résultats d'études antérieures: les terroristes ont généralement des revenus et un niveau d'éducation supérieurs à ceux de la moyenne de leur pays. D'autre part, ils ont constaté que 44% des islamistes violents sont des ingénieurs ou des étudiants en école d'ingénieurs. Dans les pays d'origine des sujets, les ingénieurs sont très rares: moins de 3,5 % de la population.
[..]
Dans les universités américaines, par exemple, la probabilité d'être religieux et conservateur est sept fois plus grande dans les écoles d'ingénieurs que dans les universités de sciences humaines.

11 février 2010

Ambiance au NPA

Le logo du NPA de Besancenot est un porte-voix, un mégaphone. Serons nous étonné dès lors de savoir que dans les réunions de ce parti, ça gueule beaucoup, très fort, et longtemps?
Rue89 détaille le contenu de C'est Parti, un documentaire de Camille de Casabianca sorti en salle le 10 février sur les coulisses du NPA, dont voici la bande annonce :
Un passage éloquent de l'article de Rue89 :
Important meeting à venir… Les leaders du NPA cherchent à convaincre Besancenot d'y apparaître. Ce dernier freine des quatre fers. Semble redouter son instrumentalisation au sein même du parti.[..]
Le ton monte. Besancenot évoque son emploi du temps surchargé. Se fâche contre ses potes qui usent de stratagèmes tordus pour parvenir à leurs fins. « Vous me demandez de faire un boulot de merde. »
Un peu plus tard, il lâche même un historique « Mais je bosse, moi ! », en référence à ses activités de postier, comparé à l'emploi du temps de ses permanents de camarades. Ambiance.
Si même Besancenot trouve que les permanents de son parti sont déconnectés de la réalité du monde du travail, où va-t-on?

La croix de Mme Joissains et le voile de l'aut' meuf du NPA


Dans le cadre de la polémique négligeable sur la présence d'une jeune femme voilée sur une liste NPA pour les régionales 2010 (ouf!), une remarque caustique et pertinente de Cécile Duflot, relayée par Arrêt sur Images décidément à l'affût de toutes les pignouferies politiques (comme dit mon ami H16 à propos de la presse!) concerne  l'affiche de campagne que vous trouverez ci-contre.


Evidemment, à l'époque, je ne me souviens pas que quiconque ait relayé cette information, contrairement au cas de cette jeune musulmane trotskyste (sic), trésorière (sic) du Nouveau Parti Anticapitaliste de Olivier Besancenot. Les réactions à cette découverte se situent et se situeront comme d'habitude entre  deux extrêmes : 

  • Les uns diront qu'il y a un 2P2P (deux poids deux mesures), qu'on ne s'en prend qu'aux musulmans ne respectant pas la laïcité et jamais aux autres, et hurleront à l'islamophobie et au prochains pogroms de musulmans en France
  • Les autres vocifèreront que dans la France éternelle et millénaire, un voile islamique est un signe ostentatoire démontrant une stratégie d'entrisme islamique visant à l'instauration de la charia, alors qu'une croix chrétienne est un symbole tout à fait neutre n'ayant rien d'alarmant ni de répréhensible.

Et c'est pour cela que j'adore la politique politicienne.

10 février 2010

Franck Boizard est raciste

J'ai publié un commentaire sur le blog de Franck Boizard qui, une fois n'est pas coutume, disserte sur la décadence de la France. Dans le billet concerné, il s'agissait de dire que les enfants regardaient trop la télé le dimanche soir, et que c'est à ces signes que l'on reconnait la décadence de la France. C'est en commentant les chiffres suivants qu'il arrive à cette déduction :
La chaîne TF1 proposait [dimanche] soir 'Le Corniaud' de Gérard Oury avec Bourvil et Louis de Funès. TF1 indique que le film a réuni 6,7 millions de téléspectateurs et 26,3% de pda, 27,4% de pda sur les femmes de moins de 50 ans RdA (responsables des achats).

Les enfants étaient particulièrement présents au rendez-vous de ce classique de la comédie avec 49,6% de pda sur les 4/14 ans.
Voici mon commentaire :
Une polémique basée sur des chiffres invérifiables et dont on ne connait ni l'origine, ni la portée exacte, c'est aussi cela le génie français : pipeauter sur des problèmes imaginaires, en rappelant que "c'était mieux avant", que "tout fout le camp avec ces instits de gauche" et patati et patata.
Franck Boizard sachant que je suis un arabe, répond ceci, avec une classe hors norme :
Chitah,
Le génie arabe, c'est d'être très arriéré quand il y a du pétrole et extrêmement arriéré quand il n'y en a pas. Vos leçons de génie seraient plus crédible si vous étiez suisse ou chinois.
Le personnage prend désormais une toute autre dimension.

04 février 2010

Le diplomate pakistanais Akbar Zeb est discriminé

C'est dans Slate que j'ai découvert ce scandale, les autorités saoudiennes ont refusé l'entrée en poste de M. Akbar Zeb, voici les faits :
Bien qu'ayant servi depuis des années en tant que diplomate pakistanais, Akbar Zeb (ou Zib) n'a pas reçu l'aval pour être nommé ambassadeur du Pakistan en Arabie saoudite, selon des sources citées par le site de relations internationales Foreign Policy. Cela n'a rien à voir avec ses états de service, mais plutôt avec son nom, qui signifie en arabe «la plus grosse bite».

03 février 2010

Vincent Peillon et les grandes écoles

Vincent Peillon est un homme politique qui se débat actuellement dans le marigot socialiste pour tenter d'émerger un peu. Slate analyse le cas de Vincent Peillon ainsi que celui de tous ces quadragénaires maudits du PS. Peillon s'est aujourd'hui distingué dans Libération dans une interview où il propose ni plus ni moins que de supprimer ce que l'on appelle les "grandes écoles", thème éminemment démagogique et totalement incompréhensible par ailleurs, puisque ces mêmes écoles (d'ingénieur et de commerce principalement) sont ce qu'on peut trouver de mieux dans l'enseignement français. Toutefois, on peut admettre qu'il y ait débat sur le sujet.
Là où Vincent Peillon, en revanche, commet une erreur monumentale démontrant certainement une méconnaissance totale du sujet, c'est lorsqu'il prononce cette phrase :
Les formations dispensées par ces grandes écoles n’ont pas conduit à de grandes réussites industrielles et économiques.
Je me permettrais juste de proposer à Vincent Peillon de jeter un oeil sur l'histoire de ces fameuses grandes écoles; si je devais lui donner quelques exemples, je prendrais le cas d'une école d'ingénieur dont on peut trouver facilement une liste d'anciens élèves. Celle dont je parle, par exemple, a formé un certain nombre de loosers qui n'ont servi à rien en France, voici une liste non exhaustive :
  • Gustave Eiffel, concepteur de la Tour Eiffel, 1855
  • Émile Levassor et René Panhard, premiers industriels de l'automobile, 1864
  • André Michelin, fondateur du groupe Michelin, 1877
  • Eugène Brillié, inventeur du premier char militaire français, 1887
  • Louis Seguin, fondateur de Gnome et Rhône, nationalisée ensuite sous le nom SNECMA (maintenant SAFRAN), 1891
  • Armand Peugeot, fondateur de Peugeot (désormais marque du groupe PSA Peugeot Citroën), 1895
  • Maurice Goudard et Marcel Mennesson, fondateurs de la société Solex, 1905
  • Pierre-Georges Latécoère, pionnier de l'aéronautique, fondateur du groupe Latécoère et de l'Aéropostale (fusionnée ensuite dans Air France), 1906
  • Marcel Schlumberger, cofondateur du groupe Schlumberger, 1907
  • Etienne Oehmichen, pionnier de l'hélicoptère, 1908
  • Gaston Fleischel, inventeur de la boite de vitesse automatique, 1910
  • Francis Bouygues, fondateur du groupe Bouygues, 1947
  • Gérard Pélisson, fondateur du groupe hôtelier Accor (enseignes Novotel, Ibis, etc.), 1955
  • Bernard Liautaud, fondateur de la société Business Objects, 1984
  • Charles Beigbeder, homme d'affaires, fondateur de Poweo, 1988
  • Pierre Chappaz (Kelkoo), 1982 et Alexandre Roos (Caramail), 1992, entrepreneurs "web"
Il suffirait de prendre n'importe laquelle de ces grandes écoles pour démontrer que leurs formations ont permis de faire émerger des talents qui ont eu une contribution capitale pour notre pays.

Vincent Peillon a donc tort.

Le Buzkashi et Guantanamo

Deux très intéressants album photos encore une fois trouvés chez Foreign Policy :

27 janvier 2010

Le métro de Pyongyang

Un article sur le métro de Pyongyang en Corée du Nord, où l'on en apprend plus sur ce qui est diffusé aux voyageurs par haut-parleurs : des chants à la gloire du régime, bien entendu. Cette épouvantable dictature a mis en place un métro dans sa capitale, à plus de cent mètres sous terre afin de pouvoir en faire le cas échéant un abri anti-atomique.
Cet autre article décrit le métro de Pyongyang en lui-même, où l'on peut trouver dans les rames même les portraits des leaders du pays, et dont même les noms des stations sont des outils de propagandes :
Chaque station de Pyongyang est décorée suivant un thème révolutionnaire : la victoire, la reconstruction, la réunification, le retour triomphal de la guérilla antijaponaise, etc. Les noms des stations exaltent la fierté nationale et portent les doux noms de Paradis, Etoile Rouge, Triomphe, Camarade, Fondation Nationale, ou encore Champs d’Or. A quelques exceptions près, ces noms n’ont d’ailleurs aucun rapport avec les noms de rues ou de quartiers en surface.


Les deux stations les plus impressionnantes sont celles de Reconstruction (Puhung) et Gloire (Yongwang), situées près de la gare centrale. Ce sont d'immenses halls richement décorés, où pendent de lourds plafonniers imposants. Des mosaïques ornent leurs murs, et représentent d’enthousiastes travailleurs et paysans, remplis d’ardeur et de foi révolutionnaire, allant reconstruire le pays à mains nus, sous la direction éclairée et bienveillante du grand leader.

Keynes vs Hayek